L'information notre métier

Dr Cissé limogé pour détournement de deniers publics: ses avocats dénoncent ”ces pratiques d’un autre âge…”

0
Accusé de détournement de deniers publics, Dr Fodé Cissé a été limogé de ses fonctions de directeur de la caisse de prévoyance sociale par le président de la transition, le colonel Mamadi Doumboya. Ce, alors que sa culpabilité n’a pas été prouvée par la Direction Centrale des Investigations de la Gendarmerie nationale qui auditionne avant son transfert par devant la CRIEF.
Face aux journalistes ce lundi, les avocats du Dr Cissé ont dénoncé ce décret du président de la transition qui, pour eux, vise à saper les fondements d’un procès juste.
Ci-dessous, la déclaration qu’ils ont lue à la maison de la presse de la minière, dans la commune de Dixinn.
Le vendredi, 29 avril 2022, par coup de téléphone, Dr. Fodé CISSE, en sa qualité de Directeur Général de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS), a été convoqué de venir de toute urgence à la Direction Centrale des Investigations Judiciaires (DCIJ) sans pour autant lui faire connaître les motifs, et ce, en violation flagrante des dispositions de l’article 82 du Code de procédure pénale qui régissent la convocation par un officier de police judiciaire d’une personne soupçonnée d’avoir commis une infraction.

Ainsi, n’ayant rien à se reprocher, Dr. CISSÉ s’est volontairement et immédiatement rendu dans les locaux de la DCIJ, où, sans aucune forme de procédure, il a été soumis à un interrogatoire musclé autour de prétendues malversations financières portant sur un montant de 1.277. 726.940 GNF.

Or, Dr. CISSE a démontré devant les enquêteurs, avec preuve à l’appui, que ledit montant est actuellement cantonné de façon intacte sur l’un des comptes bancaires de la CNPS et non sur son compte bancaire personnel.

Sélectionné pour vous :
Damaro aussi envoyé en prison

En dépit de son innocence, les enquêteurs préliminaires ont privé Dr. Fodé CISSÉ de sa liberté du 29 avril au 9 mai 2022, soit 11 jours, sans lui reconnaître son droit élémentaire à l’assistance d’un avocat dès l’instant de la privation de liberté.

Aussi, la notification de la garde à vue, le respect de sa durée et la prolongation de celle-ci, tels que prévus par les dispositions de l’article 134 du Code de procédure pénale, ont été savamment bafoués à la DCIJ.

Pire, bien qu’il bénéficie du principe sacrosaint de la présomption d’innocence, Dr. CISSÉ a été limogé de son poste par un décret du 5 mai 2022 sous prétexte des faits de détournement de deniers publics, faux et usage de faux en écritures publiques et complicité, alors que ces infractions n’apparaissent nulle part dans les procès-verbaux d’audition des 29 avril et 4 mai 2022, établis par les enquêteurs de la DCIJ.

Face à ces violations graves et inadmissibles des droits de l’homme, et plus particulièrement des garanties procédurales, en ma qualité de conseil de Dr. CISSÉ, je dénonce avec force ces pratiques d’un autre âge qui sapent les fondements d’un procès juste et équitable, et espère que toutes ces irrégularités relevées ci-dessus seront ultérieurement réparées par la nullité de la procédure et la mise en liberté immédiate de Dr. Fodé CISSÉ.

commentaires
Chargement...

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Bienvenu!

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de

Avenirguinee.org