Pharmacie Centrale de Guinée : les réformes vantées par le syndicat des travailleurs

Ce lundi, 1er mai, l’humanité célèbre  la 137ème  journée  du travail. Une occasion mise à profit pour les travailleurs de se pencher sur leurs situations et d’interpeller les autorités sur leurs conditions de travail.

Post Content

En Guinée, la journée est placée sous le thème :  »  Le dialogue social pour une justice sociale durable ». Elle a été célébrée dans l’enceinte du stade du 28 septembre de Conakry, en présence du premier ministre Dr Bernard Goumou et des responsables syndicaux.

Dans une interview accordée à notre rédaction, le secrétaire général de la délégation syndicale de la Pharmacie Centrale de Guinée, Mamady Sidibé a félicité des réformes de la direction de la PCG .

 » La situation des travailleurs de la PCG va bien. Parce qu’ aujourd’hui la Pharmacie Centrale est une structure humanitaire, sensible que nous évoluons dans tout le pays. Aujourd’hui, on est en train d’évoluer dans les différentes agences. La PCG regorge six agences de Guinée maritime, Labé, Faranah, Boke , N’zérékoré et kankan. Alors, ces agences sont des antennes de distribution des produits pour que la population soit ravitaillée en temps réel des produits .  Donc, je rends hommage à tous les travailleurs de la PCG à travers ces différentes antennes. Parce qu’aujourd’hui ces agences redoublent beaucoup d’activités, ils vont dans les coins inaccessibles, mais ils font tout pour rendre les  produits accessibles à la population « dit-il.

En ce qui concerne les difficultés des travailleurs, le défenseur du personnel de la PCG dira ceci:   »  La PCG, étant la centrale d’achat de la Guinée, nous sommes confrontés à des difficultés d’espace de stockage des produits.  Parce qu’aujourd’hui, si vous remarquez toutes les structures qui n’étaient pas habilitées à vendre des produits, les marchés  parallèles sont fermés.  Aujourd’hui, la charge revient à la PCG de rendre les produits disponibles à toutes  les structures sanitaires du pays jusqu’au dernier kilomètre. Alors, cela fait aujourd’hui qu’on a un problème réel d’aire de stockage pour permettre de stabiliser le stock. Et, si vous remarquez, on est aujourd’hui à une disponibilité de plus  90% de médicaments. Alors, ce qu’on peut demander au gouvernement toujours, c’est de nous aider à trouver vraiment l’aire de stockage et les moyens logistiques qui va nous permettre de ravitailler la population avec des produits accessibles « .

Ibrahima sory Camara pour avenirguinee.org
621269981