L'information notre métier

Régulation de la Sécurité Privée : Moussa Tatakourou Diawara prend fonction et s’engage à relever le défi

0

Nommé le 21 juillet dernier, le Directeur général de l’Office de Régulation des Agences de Sécurité et de la Protection civile, Moussa Tatakourou Diawara, a officiellement pris fonction ce lundi 01 Août 2022. C’était à la faveur d’une cérémonie qui a réuni dans les locaux du ministère de la sécurité et de la protection civile, les responsables dudit département, les parents, amis et collaborateurs.

 

Dans un discours plein de sens, le jeune cadre aux expériences qui transcendent nos frontières en matière de sécurité et de protection civile, Moussa Tatakourou Diawara a tout d’abord fait savoir que cette confiance du Chef de l’Etat, Colonel Mamadi Doumbouya, placée en lui est une occasion de servir avec honneur sa nation.

 

”Cette confiance est avant tout un grand honneur pour moi de servir loyalement ma patrie dans un secteur d’activité en pleine mutation avec de nombreux défis à relever et qui représente aujourd’hui, l’un des secteurs les plus dynamiques et sollicités par la jeunesse de notre pays en termes d’opportunités d’emploi. Et ce, pas seulement pour le développement croissant de ces activités, mais plutôt pour l’enjeu qu’il représente dans notre pays confronté, hélas, aux défis d’employabilité et de sécurité des personnes et de leurs biens.  En prenant fonction à ce poste, je mesure toute la responsabilité mais aussi les attentes de ma hiérarchie ainsi que les collaborateurs et partenaires ici présents. Toutefois, je reste confiant quant à la détermination et la franche collaboration des différents acteurs déjà impliqués dans la dynamique promue par le CNRD et son Gouvernement, à maintenir un climat sécuritaire durable pour l’ensemble des populations guinéennes où qu’elles se trouvent sur le territoire national. C’est un noble défi dans l’atteinte duquel chaque Guinéen doit s’impliquer”, déclare d’entrée le désormais Directeur général de l’Office de Régulation des Agences de Sécurité et de la Protection civile.

 

A en croire M. Diawara,  le secteur de la sécurité des personnes et leurs biens dans notre pays est confronté aujourd’hui à une multitude de défis qui se traduisent entre autres  par : ”un cadre réglementaire très peu suivi, des conditions de travail difficiles, des salaires souvent dérisoires au regard du coût moyen de la vie du Guinéen, des recrutements sans une réelle formation qualifiante pour s’assurer que les agents disposent des prérequis nécessaires à leur prise de poste, des horaires de travail en violation flagrante du code du travail, un exercice du métier sans les autorisations nécessaires et enfin des normes de sécurité non respectées sur certains sites (publics, privés, festifs, etc. Toutes choses qui ne permettent pas, hélas, de créer un environnement de travail attrayant dans une Guinée fortement engagée dans un développement harmonieux et durable.”

 

Toujours coopératif, l’expert en sécurité et en protection civile compte s’appuyer sur les riches expériences, connaissances de ses collaborateurs dans le domaine du secteur de la sécurité et ce, dans le respect des principes directeurs de l’Office. Il entend ainsi dérouler sa feuille de route autour de quatre axes prioritaires. ” Premièrement, je m’attellerai à réguler le secteur par la délivrance des agréments et autorisations pour les personnes morales et physiques. Pour cela  faire un état des lieux du niveau d’acquisition des documents légaux par chaque société conformément à la réglementation en vigueur, accorder une autorisation préalable et provisoire pour les personnes souhaitant effectuer une formation en sécurité privée…autoriser des stages pratiques, si ceux-ci sont prévus dans une série de formations publiques. Deuxième axe, apporter conseils et assistance à la profession pour accompagner ses évolutions dans le cadre de la loi, lui rappeler la réglementation et favoriser la professionnalisation. Le troisième et le quatrième axes seront de moderniser l’office de régulation, l’organisation des assises de la sécurité privée”, rassure-t-il. 

 

Dans le souci de mieux accomplir ce noble travail qui, pour lui,  incombe à l’ensemble des cadres de son service, le Directeur général de l’Office de Régulation des Agences de Sécurité et de la Protection civile entend, dans les jours à venir, en rapport avec l’Agence de Promotion des Investissements Privés (APIP), le service des impôts et la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), récupérer et croiser un certain nombre d’informations relatives à la sécurité privée en Guinée. Après quoi, des conclusions seront transmises aux patrons de sociétés de sécurité privée pour prendre les dispositions et davantage améliorer les conditions d’exercice de la profession en Guinée.

 

Abdoulaye Bouka Barry

commentaires
Chargement...

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite

Bienvenu!

Suivez nous sur les Réseaux sociaux !

Cliquez sur les boutons ci-dessous pour suivre les dernières actualités de

Avenirguinee.org